Le parcours d’Emmanuelle Cosse

Emmanuelle Cosse, militante précoce et engagée de toujours

Née en 1974 dans le XXIIème arrondissement de Paris, elle est très tôt sensibilisée à la politique grâce à des parents engagés à gauche. Un destin finalement tout tracé pour celle qui mettra peut-être en place une nouvelle loi Cosse sous un gouvernement socialiste en 2016…

En 1990, alors lycéenne au lycée Maurice Ravel, Emmanuelle Cosse s’engage dans la vie politique en militant pour le syndicat lycéen FIDL (Fédération Indépendante et Démocratique Lycéenne).

emmanuelle-cosse

Les années Act Up et le journalisme

Elle rejoint Act Up en 1992, tout d’abord en tant que trésorière. Puis c’est une ascension rapide au sein de la structure militante contre le sida puisqu’elle en devient ensuite la vice-présidente puis la présidente entre 1999 et 2001. Elle succède à Philippe Mangeot dans cette fonction.

1997 est l’année de la fin de ses études qui se solderont par l’obtention d’un DEA de Droit Public en Économie, obtenu à la faculté Paris XII et où elle donnera ensuite des cours de droit.

À la suite de ses années militantes au sein d’Act Up, elle devient journaliste pour le magasine Têtu en 2002. Emmanuelle Cosse couvrira la campagne présidentielle de 2002 pour ce journal.

Emmanuelle Cosse, une militante de gauche

À partir de 2004, c’est ensuite au mensuel Regards (gauche radicale) qu’elle exercera son activité journalistique avant d’en devenir la rédactrice en chef.

De la même génération que Clémentine Autain (conseillère régionale d’île-de-France), leurs trajectoires politiques sont assez similaires puisque la militante du Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon, Clémentine Autain, est actuellement la co-directrice de Regards.


La carrière politique d’Emmanuelle Cosse

EELV, le parti qui fait décoller Mme Cosse

En 2009, Emmanuelle Cosse rejoint Europe Ecologie Les Verts (EELV).

Sous cette étiquette et avec l’aide de Cécile Duflot, elle est élue en 2010 lors des élections régionales d’île-de-France. Elle est alors vice-présidente de la région Île-de-France.

Secrétaire nationale d’Europe Ecologie Les Verts depuis 2013, elle brigue un nouveau mandat à la région Île-de-France fin 2015, finalement remportée par Valérie Pécresse.

Pour l’anecdote, elle se marie cette même année avec Denis Baupin, député EELV de Paris, vice-président de l’Assemblé Nationale.

Cosse ministre du logement et la fin d’EELV

En février 2016, Emmanuelle Cosse entre dans le gouvernement Valls III et devient la nouvelle ministre du logement. Cela signe la fin de son engagement avec EELV puisqu’elle est exclue du parti à cause de son engagement ministériel dans un gouvernement socialiste en tant que membre de la majorité présidentielle.

Fin 2015, elle avait pourtant sévèrement critiquée Jean-Christophe Cambadélis sur les réseaux sociaux pour son « chantage au rassemblement » de la gauche et des écologistes pour les régionales.

La nouvelle ministre est très attendue au sein du gouvernement pour la probable mise en place d’un amendement à la Loi Pinel ou d’une nouvelle Loi Cosse,

loi-cosse-facebookloi-cosse-twitterloi-cosse-tumblrloi-cosse-google-plus